AU BORD DU RHIN

Au bord du Rhin

Y’avait des cygnes culte païen

qui traversaient l’hiver

pour aller voir la mer

Au bord du Rhin

je promenais un dalmatien

et une maîtresse enfant

vivant chez ses parents

Au bord du Rhin

y’avait des vignes et des jardins

des vergers d’aventure

des tonnelles de lumière

 

Et l’on buvait l’café à l’heure du thé

on piquait des Dunhill dans les supermarchés

Près d’ “Beethoven Halle”

et de Römer Straße

Et l’on regardait l’hiver comme une valse lente

on f’sait l’amour dans des baignoires géantes

près d’ “Beethoven Halle”

et de Römer Straße

 

Au bord du Rhin

je voyais boire des lions de pierre

près d’un lac de volcan

où l’on allait souvent

A Bonn sur le Rhin

voguaient des nefs illuminées

Et nous on s’embrassait

Sous tous les ciels d’été

Au bord du Rhin

y’avait des soirs de lycéennes

qui révisaient Schiller

qui traduisaient Verlaine

 

Au bord du Rhin

Y’avait des cygnes culte païen.

qui traversaient l’hiver

pour aller voir la mer

Paroles et musique : Daniel Buisson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *