Une belle histoire : écrire une chanson

Chaque chanson a son histoire. Qu’elle soit chef d’œuvre, chanson “alimentaire”, chanson d’un soir de beuverie, chanson de commande, téléguidée par un  interprète qui est convaincu de savoir ce qu’il veut dire sans pouvoir l’exprimer clairement et qui vous fait écrire et réécrire un texte dont souvent il ne se servira pas, les quatre termes n’étant d’ailleurs pas exclusifs les uns des autres, chaque chanson a une vie propre. Mes “biosongs” sont donc des bribes de ce qui  a fait naître telle ou telle de mes chansons et aussi des suites qu’elle a eues, ce qu’elle a pu prophétiser, entrevoir, ou de ce qu’elle a engendré.  Certaines chansons viennent de profondeurs qui nous échappent, surtout si on les écrit sans” scénario”.  Je veux dire par là que l’on laisse faire parfois la providence, on laisse les mots se débrouiller entre eux, venir petit à petit. C’est la voie que je préfère. En fait, c’est même la seule que je maîtrise un peu, justement parce que je n’ai en réalité rien à faire. Ce qui correspond assez à mon tempérament. Autant j’admire les dramaturges de cet art, comme Charles Aznavour ou Jacques Brel ou Pierre Delanoé, qui peuvent en quelques mots dresser un décor, créer des personnages “Ah oui t’es belle à regarder, tes bas tombant sur tes chaussures, et ton vieux peignoir mal fermé et tes bigoudis, quelle allure…”, “Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d’antan, que l’on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps,…”, “On a le confort au maximum, un ascenseur et une salle de bains, on a la télé, le téléphone, et la vue sur Paris au lointain…”. Au rebours de cette technique, de cet art, l’abandon au gré des vagues de l’inconscient réserve souvent des surprises a posteriori. c’est de cela que je voudrais tenter d’illustrer au long de ces “biosongs””/>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *